Capitalisation de l’expérience de l’UNPCB dans les marchés institutionnels.

Résumé de la capitalization

Introduction

La question de la sécurité alimentaire occupe une place de choix dans l’agenda de développement de la CEDEAO. La décision de création de la RRSA intervenue lors du 42ème sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la communauté révèle l’importance accordée à cette problématique. Pour la constitution des stocks dans le cadre de la mise en place de la RRSA, la CEDEAO a fait le choix des marchés institutionnels avec un accent particulier mis sur la participation des OP.

L’appel d’offre de L’ARAA

Lors du 1er appel d’offres international lancé par l’ARAA pour la fourniture et la livraison de 15 000 tonnes de céréales à la RRSA, l’UNPCB a été l’une des trois structures adjudicataires. L’UNPCB a donc – à travers un contrat signé avec l’ARAA – contribué à la constitution du 1er stock de la RRSA. Cette expérience présente un intérêt particulier dans la mesure où il s’agit de l’expérience d’une OP exécutant un contrat à caractère sous régional résultant d’un appel d’offres international.

  • Comment l’UNPCB s’y est-elle prise ?
  • Quels sont les atouts dont elle dispose et qui lui ont permis de remporter ce contrat et de l’exécuter jusqu’à terme ?
  • Quelles sont les contraintes majeures rencontrées ?
  • Comment l’UNPCB les a-t-elle contournées ?
  • Quels sont les éléments d’apprentissage que l’on pourrait en tirer ?

À propos l’UNPCB

L’UNPCB dont les membres produisent du coton et des céréales, est une organisation paysanne qui cumule près d’une dizaine d’années d’expériences dans les marchés institutionnels. Depuis 2008, l’OP exécute chaque année des contrats de fourniture et de livraison de céréales pour la constitution des stocks de la SONAGESS. L’ensemble de ses expériences lui ont permis d’accéder au marché de l’ARAA pour la fourniture et la livraison de 2 000 tonnes de mil à la RRSA. De cette expérience, les facteurs ayant favorisé la réussite de l’UNPCB sont entre autres la disponibilité effective des stocks au niveau de l’UNPCB grâce au système de production en place, l’efficacité du mécanisme de mobilisation des stocks auprès des membres, l’existence de la commission technique chargée du suivi de la commercialisation des excédents céréaliers qui accompagne l’équipe technique dans l’exécution des marchés, la facilité de collaboration entre l’UNPCB et les institutions financières et la disponibilité des partenaires à accompagner l’UNPCB dans la commercialisation des excédents céréaliers. En termes de facteurs limitant, il y a l’inadéquation avec le statut des OP de certaines pièces exigées dans les DAO, les retards dans la conduite du processus notamment les étapes de dépouillement des offres et de paiement des factures après exécution ; la réticence de certains acheteurs institutionnels vis-à-vis des OP et l’influence du développement du coton sur la commercialisation des céréales.

Leçons tirées

Les principales leçons tirées de cette expérience de l’UNPCB sont relatives au fait qu’il est important pour les OP de mettre en place des mécanismes efficaces pour accéder aux informations en lien avec les dossiers d’appels d’offres ; de préparer de façon participative (concertation entre membres, élus et techniciens) des offres consensuelles, compétitives et réalistes ; de s’assurer de la très bonne qualité des produits et d’acquérir de l’expérience et se forger une réputation irréprochable même à partir de marchés institutionnels de petite taille.

Face aux différentes contraintes qui entravent la bonne participation des OP aux marchés institutionnels, différentes recommandations ont été formulées et se rapportent d’une part aux initiatives visant l’amélioration de la diffusion des informations sur les DAO et d’autre part à la facilitation des procédures et l’exécution des marchés.

Téléchargez

Téléchargez le document complet ici. Lien